• Cédric Leresche

Petites questions...


Avec le 21 juin, une question principale est à nouveau revenue à la surface de mon « esprit » et je dois avouer que la réponse n'est toujours pas arrivée à ma « conscience »...

Pourquoi coupe-t-on la tête aux fleurs pour « célébrer » ?

Est ce dans une optique « sacrificielle » ?

Pour une cérémonie, pour un cercle de femmes (parfois d'hommes), pour célébrer une fête, pour un mariage, pour un heureux événement, pour déclarer sa flamme... pour célébrer un renouveau, pour célébrer les beaux jours, pour honorer... pour tout cela et bien d'autres « choses » on retrouve souvent des fleurs coupés, des fleurs qui jonchent le sol et parfois même des tapis de « têtes de fleurs ».

Certes, certaines fleurs « sèchent » très bien... Mais toutes ont déjà commencé leur processus de « décomposition ». Pourquoi « célébrer » toutes ces magnifiques occasions avec le « meurtre » (pour les âmes sensibles, désolé du mot) d'« organisme(s) vivant(s) (fait scientifiquement prouvé) ?

Pourquoi « célébrer » toutes ces magnifiques occasions avec la vision d'un organisme vivant qui se vide de son « énergie vitale » ?

Je dois avouer que pour moi ça reste encore un paradoxe...

Certes, certaines fleurs non sauvages voient le « jour » uniquement pour cela... Mais leur surproduction entraîne d'autres problèmes environnementaux et existentiels (destruction de la faune et de la flore pour faire de la place pour les cultures, assèchement des eaux environnantes...).

Personnellement, j'aime célébrer la beauté, la magnificence, la maturité, la liberté... et je ressens l' « essence » même d'une fleur et de tout ce qu'elle représente ou / et peut représenter...

Mais pour ma part, je préfère encore continuer de la laisser vivre, s'épanouir, s'ouvrir et se fermer tel un Cœur qui bat au gré du vent...

#Nature