Séjour du 01/11/21 au 05/11/21...

Dernière mise à jour : 25 sept. 2021

Séjour "nature" du côté d'Avignon sur mesure et hors des sentiers battus... Pour une famille (3 à 5 personnes) pendant les vacances de la Toussaint, du 01/11/2021 au 05/11/2021 (5 jours / 10h-18h).

Pour découvrir (ou redécouvrir totalement différemment) le Vaucluse (84), les Dentelles de Montmirail, le Mont Ventoux, la région de Fontaine de Vaucluse, les Alpilles...


Tarif Indicatif* : 550 euros

*Transport compris au départ d'Avignon / Sorgues (ou d'un autre lieu déterminé ensemble...)

*Hébergement non compris et repas à prévoir (mais possibilité de voir tout cela ensemble...)


Infos, devis et réservations :


cedricleresche.com

06 75 15 71 66

Hormis les différents lieux, petit échantillon de ce que vous pourriez également et entre autres choses expérimenter à votre convenance durant cette semaine...


LA MARCHE MÉDITATIVE 10 000 pas par jour pour rester jeune, beau, intelligent, vigoureux et en pleine santé… Une saine occupation et facile à réaliser. Les médecins s’accordent à nous les prescrire parce que les bienfaits de la marche sur notre organisme sont semble-t-il le meilleur des médicaments, idéal pour nous assurer un bien-être, corps et esprit confondus. A la recherche de ce bon équilibre, la marche méditative pleine conscience se positionne comme une solution apaisante quand notre mental est en berne… ou en surchauffe. Car à quoi bon virevolter quand le sens n’y est plus ? Accordez ce temps suspendu à votre agenda trop speed et laissez votre esprit vagabonder jusqu’à vous questionner : « Qui suis-je, où vais-je, dans quel état j’erre ? ». Tout en cheminant, vos vraies valeurs soudain reviennent, comme si vous renaissiez et in fine retrouviez votre authenticité. Aligner tête-cœur-corps, c’est l’une des sources d’une bonne santé.

Nos petites ondes intrépides, impatientes et sans répit ne nous laissent pas vraiment le temps de souffler s’ajoutent notre désir et notre volonté de tout savoir, tout maîtriser, de tout acquérir…. Nous voilà pris au piège dans l’engrenage du quotidien. Mais savons-nous encore écouter notre instinct, notre petite voix intérieure ? La majorité des pèlerins, chaque année plus nombreux, arpentent les chemins de Saint-Jacques de Compostelle ou de la Via Francigena et prétendent qu’en quête de sens, la marche leur est salvatrice parce que méditative. Mis à part leurs petits bobos d’ampoules aux pied ou sac surchargé, ils témoignent que dans le silence de leurs pas, progressivement et inconsciemment, le lâcher prise s’installe, distancie leurs perceptions habituelles pour leur permettre de faire le point avec eux-mêmes. Et pas besoin d’aller jusqu’à Rome ou en Espagne : quelques kilomètres suffisent…. Les marcheurs font le tri, désencombrent leur vie, remettent de l’ordre dans leurs priorités : abandon de leurs confort, obligations, futilités au profit de l’effort physique qui reconnecte au corps, de belles rencontres humaines et culturelles et le tout plongé dans cette nature vertueuse, déclencheuse du retour au vrai et à l’essentiel. La marche serait-elle alors un exercice de spiritualité puisqu’elle touche ici la profondeur des âmes ? A les lire ou les écouter, marcher lentement, sans souci de performance, débraye le mental et vous permet de vous re-trouver, de vous délester de votre personnage actuel pour en construire un plus authentique… Vous voilà délivré. Activité accessible à tous (ou presque), la marche stimule votre joie, de votre bonne humeur, de votre force et de votre vitalité. La meilleure des préventions pour prendre soin de soi ! Santé, mémoire, bonne humeur, sociabilité… La marche est une des meilleures thérapies pour prendre soin de soi au quotidien. Source : https://www.tourisme-en-hautsdefrance.com/


LE SILENCE La parole est d’argent mais le silence est d’or. Celui-ci possède en effet de nombreux bienfaits tant pour l’esprit que pour le corps. Il permet d’abord au cerveau d’être moins sollicité, ce qui active un réseau spécifique. Le professeur Francis Eustache, neuropsychologue, précise: "C’est un réseau qui nous permet de nous plonger dans nos pensées, à la fois notre mémoire, notre mémoire personnelle, autobiographique mais qui nous permet également de penser aux autres, de se projeter dans le futur et de faire la synthèse de tout ça". Si certains le redoutent, le silence possèderait donc de nombreuses vertus psychologiques. Parmi elles, la diminution du stress, l’amélioration du sommeil, la réduction des risques de dépression et d’une manière générale, la contribution à une meilleure concentration. En 2013, une étude a démontré que les cerveaux de souris voyaient se développer de nouvelles cellules lorsque celles-ci étaient exposées à deux heures de silence par jour.

Les dangers d’une trop longue exposition au bruit. : À l’inverse, on estime que le bruit peut avoir un impact sur la santé à partir d’une trop longue exposition à 85 décibels. Celle-ci peut entraîner des sifflements d’oreilles ou des bourdonnements (les fameux acouphènes) ainsi qu’une baisse de l'acuité auditive. L’exposition au bruit favorise également le stress, les troubles du sommeil et même cardio-vasculaires. C’est pourquoi les niveaux sonores émis par les MP3 et les sonorisations sont réglementés par la loi. Le niveau moyen est aujourd'hui limité à 100 dB pour les baladeurs et à 102 dB pour les boîtes de nuit. Source : https://www.rtbf.be/


LA CONTEMPLATION On vous a pas mal parlé de la méditation, mais maintenant laissez-nous vous parler d’une alternative à la méditation : la contemplation. Concrètement, qu’est-ce que la contemplation ? Eh bien, si on veut faire simple, c’est le fait de fixer assidument son regard, son attention, sur quelque chose ou quelqu’un. Mais d’une manière plus approfondie, c’est un état de l’esprit que l’on atteint au cours de la méditation, une contemplation intérieure. Lorsque l’on fait de la contemplation, tous les sens sont utilisés et focalisés sur une seule chose.

Son concept : La contemplation est moins connue, mais convient parfois mieux à certains. Le concept est simple et relativement similaire. Il s’agit en fait de se placer dans un environnement confortable et de prendre le temps de regarder quelque chose qui nous émerveille. L’objectif est de prendre le temps de s’arrêter pour regarder les choses telles qu’elles sont vraiment, dans le détail. C’est une chose que l’on fait peu, et beaucoup la trouvent difficile. Et pourtant, elle est importante et apporte beaucoup de bienfaits à notre santé mentale.

En quoi consiste la contemplation ? Dans notre vie quotidienne, on a tendance à faire les choses assez vite sans réaliser leur beauté. La plupart du temps, nous faisons les choses par habitude. Nous prenons souvent les choses pour acquises. On prête peu d’attention à ce qui nous entoure, et c’est un fait. La contemplation, c’est l’idée d’aller en sens inverse, de s’arrêter et de prendre un peu de temps. Une des façons simples de le faire est de choisir un paysage qui nous plait devant lequel on peut régulièrement s’installer confortablement, pour prendre un peu de temps. Il peut s’agir d’à peu près n’importe quoi, mais l’objectif est vraiment de regarder les choses avec curiosité et de prendre un peu de temps.

Quelle est la différence avec la méditation ? Certaines personnes ont parfois du mal avec la méditation et trouvent que la contemplation est plus facile à mettre en place. Finalement, les effets sont similaires, car le but principal est de s’arrêter et de faire le point pour pouvoir recentrer son esprit. Au moment où l’on arrête ce bref instant de pause, on doit être reposé, apaisé et plus concentré.

Comment pratiquer la contemplation ? Tout ce que vous avez à faire, c’est choisir un endroit où vous vous sentez bien et un objet ou un paysage que vous avez envie de contempler. Avant de commencer, il faut s’assurer qu’il n’y ait pas de risque que vous soyez dérangé. Que ce soit par la soif, la faim, le froid ou l’envie d’aller aux toilettes ! Ensuite, installez-vous confortablement. Une fois cela fait, procédez par une inspiration profonde puis expirez graduellement. Répétez cela trois fois, jusqu’à ce que vous vous sentiez en paix et connecté à vous-même. Vous avez besoin de cette tranquillité d’esprit et de cette concentration pour ne rien laisser détourner votre attention. À présent, tout ce qu’il vous reste à faire c’est de focaliser votre regard et votre attention sur votre sujet. Et de vous fier à la Nature, à la Vie, à Dieu. Laissez-vous emporter. Le temps pendant lequel dure votre séance ne dépend que de vous. Une contemplation peut durer au moins 15 minutes. Au fur et à mesure que vous pratiquerez cette prière contemplative, la durée augmentera. Enfin, ce n’est jamais spécifié. C’est à vous de déterminer combien de temps vous méditerez en fonction de votre concentration. Source : https://www.kazidomi.com/


LA BIENVEILLANCE Pourquoi la bienveillance ? Très simplement, être bienveillant c’est aider ou faire du bien aux autres ou à soi. Cette bienveillance peut être présente dans la convivialité, la gentillesse, l’altruisme, la générosité, la compassion, l’empathie. Nous sommes tous bienveillants à un moment ou à un autre dans notre vie quotidienne. C’est un comportement prosocial qui nous apporte du bien-être. Aider ou faire du bien apporterait du bonheur à la personne qui le fait car avoir de bonnes intentions envers autrui nous détourneraient de préoccupations personnelles qui nous gênent. L’expérience de donner aux autres ou de les aider favorise notre estime de nous, donne du sens à nos actes et pensées et peut même améliorer notre santé. Quand nous nous engageons dans des activités qui profitent aux autres et sont conformes à nos valeurs, ces activités ont tendance à avoir le plus grand impact sur notre sentiment de bonheur. On peut en retirer des relations plus riches avec une plus grande variété de personnes et à un esprit plus ouvert. Ils peuvent conduire à une plus grande estime de soi et à une prise de conscience du fait que nos actions font une différence positive dans la vie des autres. Donner n’est pas seulement une activité mais aussi un état émotionnel positif qui protège le soi de l’anxiété, de la haine, de la rage et du ressentiment. C’est ce côté « être » qui est plus intéressant que ce côté « faire ». La bienveillance est un affect ou une orientation fondamentale de tout le moi. Des actions bénéfiques émergent et renforcent à leur tour cette façon d’être. Nous devenons ce que nous faisons.

La bienveillance envers soi : La bienveillance envers soi est nécessaire à notre estime et donc à notre confiance et à notre affirmation de nous. La bienveillance envers soi commence par l’acceptation et la gentillesse. Prendre soin de soi en étant bienveillant-e c’est parvenir à accepter ce que l’on est, ce que l’on n’est pas. C’est être gentil envers soi. Certains jours, il est facile pour nous de nous aimer. Notre estime est alors au beau fixe et notre vie nous semble heureuse. D’autres jours, nos défauts nous font honte. Notre faiblesse nous fait enrager. Nous avons contre nous des jugements négatifs et sévères.

Pourquoi être bienveillant-e envers soi ? La conséquence de la bienveillance porte sur de nombreux aspects de notre bien-être, notamment une plus grande satisfaction dans la vie, l’intelligence émotionnelle, le bonheur et l’optimisme. La bienveillance envers soi peut conduire à une plus grande résilience émotionnelle, car notre sentiment de confiance en soi accru ne dépendra pas de nos succès.

Comment être bienveillant-e envers soi ? La bienveillance implique de se traiter avec soin. La bienveillance est un processus dynamique qui implique d’une part de se réconforter, de s’apaiser et d’autre part de se protéger, de se motiver et de valider ce que l’on est ou fait. Exactement comme si vous étiez votre ami-e. La toute première chose à faire est d’être attentif aux mots que l’on utilise vis à vis de nous. Quand on se traite d' »imbécile », de « nul » , il est difficile ensuite de s’affirmer et d’avoir confiance en soi parce que l’on confond « être » et « faire ». Si nous ratons quelque chose, c’est la chose que l’on a raté et non nous qui sommes raté-es. La seconde est de comprendre nos comportements et de les excuser comme nous excusons ceux des autres. La troisième est de cesser de se comparer aux autres car la comparaison est soit pour se dévaloriser soit au contraire pour renforcer notre ego. Or être bienveillant c’est penser que l’autre est comme moi, comme moi je suis comme l’autre. Source : http://psychologue-adultes-couples.com/


LA NATURE La nature comme remède : Être au contact de la nature favorise notre bien-être physique et psychologique. Plusieurs études observent une réduction du stress et de la dépression, favorisée par l’environnement naturel et, à l’inverse, une amélioration de l’estime de soi, du sentiment de bonheur ou encore de la créativité. La nature soigne nos maux et, plus que cela, elle améliore aussi nos capacités et nos fonctions cognitives, en réduisant la fatigue et en restaurant notre capacité d’attention, si sollicitée par la vie quotidienne. Elle participe également à notre bien-être physique : réduction de la douleur, de la pression artérielle, de l’obésité ou encore accélération de la guérison et prévention de certaines maladies. En somme, la nature n’est pas simplement un substrat nécessaire dans lequel s’enracinent les cultures humaines, mais un terreau qui influence nos vies au quotidien et qui, peut-être, est justement ce qui permet à ces cultures de croître et de se développer.

De quelle nature parle-t-on ? La nature dont il est question peut prendre des formes très diverses : il peut s’agir d’éléments de nature (des pierres, de l’eau, du vent), de faune, de flore, de paysages (mer, montagne, forêt), qui n’appartiennent pas nécessairement à une biodiversité qui agit dans un écosystème défini. Par exemple, en 1984, une étude montrait déjà que des patients possédant une fenêtre sur l’extérieur guérissaient plus rapidement à la suite d’opérations que d’autres patients ne bénéficiant pas d’une telle vue.

Voir la vie en vert : Néanmoins, la complexité des mécanismes des bénéfices naturels au bien-être humain échappe encore à la compréhension. Pourquoi la nature nous fait-elle du bien ? À cette question, l’hypothèse de « biophilie » est avancée, postulant que l’être humain possède une tendance innée à rechercher les connexions avec la nature et d’autres formes de vie. Cet intérêt pour la nature serait le produit d’une évolution biologique permettant la meilleure adaptation possible à l’environnement. https://theconversation.com/


LE DÉVELOPPEMENT DE VOS SENS L’expérience sensorielle est un attribut essentiel qui joue un rôle considérable dans notre développement personnel. La qualité sensorielle de chaque être est unique, mais cette composante s’apprend et se perfectionne au même titre que la littérature, les sciences, l’art. Il s’agit bien d’une compétence qui s’acquiert et se développe à force d’attention pour chaque détail, à force d’observation accrue de l’environnement qui nous entoure. Bien trop souvent, l’ouïe et la vue sont privilégiées tandis que le toucher, le goût et l’odorat sont délaissés. Pourtant, c’est la synergie de ces cinq sens qui nous offre l’intelligence dont nous sommes pourvus. Lorsqu’on imagine une scène, un lieu, un objet, il est naturel de commencer par le visualiser, puis, si nécessaire, ajouter le bruit, l’ambiance sonore, la parole. Cela nous suffit à recréer l’univers dans lequel on se sent évoluer. Pourtant, imaginons que l’on ajoute une sensation de toucher : le vent qui caresse les joues ou alors la douceur du manteau que l’on portait. Ajoutons maintenant le goût du café que l’on buvait et l’odeur de cuir du siège sur lequel on était assis. L’information est bien plus complexe et précise ! Notre cerveau était capable de mémoriser toute cette information — ou mieux, de la créer — et pourtant nous n’avions pas usage de son aptitude à le faire. Comme toute compétence, il est primordial de la pratiquer pour ne pas la laisser s’évanouir. En travaillant cette acuité sensorielle, on progresse dans la qualité et la quantité des informations que l’on perçoit. Autant de signaux qui nous ouvrent sur le monde extérieur et nous permettent une meilleure compréhension. Utiliser ses cinq sens au quotidien nous permet d’être beaucoup plus attentif, développe en nous une capacité d’écoute plus importante, une meilleure perception des choses, et surtout une mémorisation plus efficace. Au même titre que la culture, l’éveil des sens contribue à notre épanouissement et notre réussite personnelle. Chaque jour, il est important de profiter de chaque plaisir que nous offre ces sens; nous n’en prenons pas assez le temps. Source : https://medium.com/


LA RESPIRATION Pourquoi la respiration peut-elle vous aider à déstresser ? La respiration est physiologique et vitale. Mais quand vous souffrez de stress, votre respiration est comme « bloquée ». Vous respirez de manière anarchique et vous ne répondez plus aux besoins de votre organisme. Votre souffle devient plus court, mais aussi plus rapide, vous avez l’impression d’étouffer… Vertiges, sueurs, douleurs thoraciques, jambes qui flageolent, c’est votre corps tout entier qui s’emballe, ne faisant qu’aggraver l’état d’anxiété dans lequel vous vous trouvez. Stop ! Apprenez à respirer. Car les scientifiques le confirment : une bonne respiration peut avoir de réels bénéfices sur votre équilibre physique et émotionnel. Outre le fait d’apporter de l’oxygène à vos cellules, une bonne respiration permet d’améliorer le fonctionnement des organes digestifs et d’éliminer vos déchets toxiques. De plus, une profonde inspiration suivie par une expiration permet de diminuer considérablement la production de noradrénaline une des hormones responsables du stress. Enfin, bien respirer permet d’apaiser vos crises d'angoisses et vous aider à faire le vide dans votre tête. Source : https://www.theraserena.com/


L'HORIZON Cette vision focale active le système nerveux dit « sympathique ». De multiples neurones de la moelle épinière s'allument en même temps et libèrent un ensemble de neurotransmetteurs et de substances chimiques qui suscitent un état d'agitation en donnant envie de bouger. Source : https://www.cerveauetpsycho.fr/


SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT Qu’est-ce que la zone de confort ? Le quotidien est plaisant car plus rien ne nous surprend. Tout y est familier et confortable. Nous connaissons d’avance nos habitudes et nos routines. Nous nous sentons en sécurité et même parfois emprisonné par notre confort. Il nous permet cependant d’agir de façon automatique, naturel et sans angoisse dans le monde de tous les jours. Nous sommes dans notre zone de confort et l’idée d’en sortir nous parait dangereuse. Cette zone représente l’ensemble de nos savoir-faire et de nos acquis sur lesquels nous nous appuyons. Chacun possède donc sa propre zone de confort.

Pourquoi sortir de la zone de confort ? Nous pouvons rêver de ce que l’on souhaite faire où être toute la vie, mais cela est inutile si l’on ne fait pas tout pour y arriver. Sortir de sa zone de confort signifie traverser la zone d’apprentissage et conquérir la zone de panique. Et cela dans le but d’élargir notre vision sur le monde, mais aussi de changer nos habitudes. Mais sortir de sa zone de confort permet aussi de l’élargir et de se développer. Cependant, rien n’empêche de pouvoir y retourner de temps en temps ! Sortir de sa zone de confort est donc indispensable afin de vivre une vie riche et épanouie qui permet de développer de nouvelles capacités et même de se lancer des challenges. Source : https://www.reussite-personnelle.fr/


L'INTROSPECTION L’introspection, qui est le fait de regarder à l’intérieur de soi, est importante pour notre bonheur. Plusieurs techniques d’introspection existent dont la méditation. L'introspection, qu’est-ce que c’est ? L’introspection vient du latin introspectus, qui signifie « regarder à l’intérieur de soi ». Ce terme désigne l’état dans lequel on est attentif à ce qui se passe à l’intérieur de soi (nos sensations, nos pensées, qui nous sommes...) et les méthodes pour regarder à l’intérieur de soi. En psychologie, l'introspection est une méthode d'observation et d'analyse de soi en vue d'étudier sa propre personne (psychologie introspective) et d'acquérir une connaissance de soi ou bien en vue de connaître l'esprit humain en général.

Les bienfaits de l’introspection : Pour Paul Diel, l’introspection est « une fonction naturelle et innée dont la finalité est d’assurer la régulation de la vie intérieure ». Ainsi, le « Connais-toi toi-même » est un précepte viral pour l’auto-organisation de la vie psychique. L’introspection est ainsi nécessaire pour notre bonheur : se connaître permet de connaître ses besoins, d’apprendre à s’accepter et à s’aimer tel que l’on est. En outre, elle participe à notre bonheur car elle nous aide à mieux vivre avec les autres. En effet, être mieux connecté à ses émotions permet de mieux réagir face aux autres et d'anticiper ses réactions. Edgard Morin, sociologue et philosophe français, a ainsi écrit : « la pratique mentale de l’auto-examen permanent de soi est nécessaire, car la compréhension de nos propres faiblesses ou manques est la voie pour la compréhension de ceux d’autrui. Si nous découvrons que nous sommes tous des êtres faillibles, fragiles, insuffisants, carencés, alors nous pouvons découvrir que nous avons tous un besoin mutuel de compréhension.»

Comment faire une introspection ? Il existe de nombreux techniques d’introspection. La méditation est une de ces techniques. La méditation permet l’intériorisation : elle centre votre attention vers l’intérieur, vers soi-même; elle permet la conscience des choses : vous devenez le témoin de vos états mentaux et émotionnels. La technique de “Méditation introspective” aide à atteindre la connaissance de Soi à travers la maîtrise de soi et le développement personnel. Source : https://www.passeportsante.net/


LE JEÛNE INTERMITTENT

Le jeûne intermittent, qu'est-ce que c'est ?

Ce type d'alimentation consiste à alterner entre des périodes de jeûne plus ou moins longues et des périodes de prise alimentaire. Bien plus souple et accessible que le jeûne strict qui n'autorise aucune prise alimentaire, le jeûne intermittent permet de profiter des mêmes avantages sur la santé. Il existe différentes manières de pratiquer le jeûne intermittent : jeûne partiel, méthode 5:2, fasting, etc. Jeûner aurait de nombreux avantages sur l'organisme. Surtout dans notre société où la suralimentation et la malbouffe sont deux faits courants.

Voici les principaux atouts santé du jeûne :

Diminue la production d'insuline et le stockage des graisses et du sucre dans l'organismeStimule le déstockage des graisses Meilleur contrôle des sensations alimentaires Stimule la sécrétion de l'hormone de croissanceAméliore la performance physique et intellectuelle et diminue le temps de récupération Favorise la régénération cellulaire Permet le nettoyage de l'organisme et stimule l'autophagie ou fonction d'auto-nettoyage de l'organisme par ses propres cellules Diminue l'oxydation cellulaire et le vieillissement prématuré des cellules Prévient le surpoids et certaines pathologies associées : maladies cardiovasculaires, diabète, etc.

Voici une liste des principales erreurs à éviter pour un jeûne réussi :

* Ne pas boire suffisamment d'eau

L'élimination des déchets métaboliques et des toxines passe par une hydratation suffisante. En période de jeûne intermittent, cette hydratation doit être encore plus importante pour que l'organisme supporte les périodes de jeûne et continue à fonctionner de manière optimale. Lorsque l'on jeûne, la soif est souvent beaucoup moins importante. Il est donc impératif de faire attention à ce point et de boire au minimum 2 litres d'eau par jour, en répartissant l'apport sur la journée.

* Manger deux fois plus pendant les périodes de prise alimentaire

Lorsque l'on pratique le jeûne, il peut être difficile de maintenir une alimentation équilibrée durant les périodes de prise alimentaire. En effet, il est très tentant de se jeter sur la nourriture, de manger en plus grande quantité et de se tourner vers des aliments plaisir. Or, cela est une grosse erreur. Pour profiter des avantages santé du jeûne, la qualité de l'alimentation lors des périodes de prise alimentaire compte autant que les périodes de jeûne elles-mêmes. Ainsi, il faudra favoriser des repas riches en végétaux, en céréales complètes, en protéines maigres et en acides gras essentiels.

* Se fixer des objectifs trop difficiles à atteindre

Jeûner est un exercice compliqué. Pour éviter les faux pas, il est recommandé d'y aller progressivement et de rester à l'écoute de son corps avant toute chose. Si vous entreprenez un jeûne pour la première fois, essayez de vous fixer des objectifs par palier. Commencez par avancer l'heure de votre repas le soir, reculez un peu l'horaire de votre petit-déjeuner le matin, etc. De cette manière, vous pourrez augmenter doucement le temps de jeûne sans brusquer votre organisme.

* Jeûner pour maigrir uniquement

Le jeûne intermittent est un mode de vie plus qu'un régime alimentaire. Sa finalité n'est pas la perte de poids, bien qu'il y contribue. Résumer le jeûne à ce seul objectif peut le rendre beaucoup plus compliqué. En effet, vous risquez alors de passer à côté de tous les autres avantages du jeûne (physiologiques et psychologiques) et d'abandonner plus rapidement. Aussi, cela peut être frustrant et culpabilisant en cas d'écart alimentaire ou de perte de poids jugée trop lente.

Source : https://passeportsante.net